Aujourd'hui, pour notre avant-dernier jour sur le lac Toba, nous avons trouvé des nouveaux chemins de randonnée...

Nous sommes dons partis en direction d'une cascade repérée sur le plan. On marche déjà pas mal pour s'en approcher et là, alors que nous étions encore sur la route qu'est-ce qu'on voit ? Elle est à sec mdr. Se pose du coup la question : que fait-on ? Moi, quand j'ai une idée en tête, je la suis lol. Donc on continue. Ca monte pas mal et là, alors qu'on y était presque...chemin pas débroussaillé...avec les serpents possibles, on rebrousse chemin.

On emprunte ensuite un autre chemin pour alller jusqu'au village de Siallagan. Là, on croise lein d'écoliers sortant juste de l'école (donc en uniforme) qui nous disent tous, dans un anglais parfois approximatif, "what's your name ?" Quand on essaye de leur parler en anglais, ils sont vite bloqués donc s'en suivent des rires gênés ou des gloussements... Trop chouette.

Arrivés au village, on mange encore une fois local en bord de route. On essaye de dire à la petite dame de ne pas cuisiner épicé (on s'est fait avoir en scoot l'autre jour) mais la communication est difficile, elle appelle alors une voisine lol.

J4 (15)

J4 (31)

On va ensuite prendre quelques photos en bord de lac tout en se délectant de mangoustes, aussi appelés mangoustan ou mangousteen. Sa pelure épaisse, d’un mauve rougeâtre (la couleur de la pelure semble varier un peu de la même façon que la prune; on en trouve des plus violacées et d’autres plus rougeâtres, tout aussi mûres) se tranche facilement. Lorsqu’on l’ouvre, on y trouve une chair blanche, divisé en cinq à sept gousses fibreuses et très juteuses, dont le goût doux et raffiné rappelle un peu le litchi. C’est vraiment bon!

Puis retour par un autre chemin, passant ce coup-ci par Bukit Beta. Dernières photos puis retour vers l'hôtel. Partis à 11h ce matin, on est rentré vers 17h après avoir fait 19km. Alors non, on ne les a comptés depuis le début du séjour mais je pense que ça en fait pas mal !!!

La spécialité de cette île est les maisons bataks. 

J4 (12)

J1 (66)

La maison Batak traditionnelle a une architecture qui lui est propre en forme de bateau. Les murs sont en bois sculpté. Trois couleurs sont peintes sur les motifs muraux, les « bonang manalu » qui sont le rouge pour la force, le blanc pour la pureté et le noir pour la sagesse. Parmi ces motifs, on retrouve le lézard, des seins de femme et le buffle pour la fertilité et des masques colorés pour la protection de la famille.

La porte d’entrée est toujours basse pour obliger le visiteur à s’incliner devant ses hôtes. Au dessus de celle-ci, le balcon a vocation à accueillir les musiciens lors des cérémonies (mariage, décès, naissance).

Le toit était traditionnellement en feuille de palmier mais aujourd’hui, la tôle a remplacé le toit végétalisé. Aujourd’hui, la maison traditionnelle a été agrandie par une extension plus moderne pour bénéficier de plus d’espace et de commodités. Il n’est pas rare de voir devant les maisons ou sur les terres des cultures les caveaux richement ornés des défunts ou des futurs défunts. Chez les Batak, le culte funéraire et des anciens tient une place tout à fait particulière.